11ème article :

En ce soir de novembre, j’aimerai écrire sur les émotions qui vont et viennent dans nos vies et plus particulièrement les émotions moins agréables. Comment les vivre ? Comment les accepter ? Que faire lorsque nous sommes pris par une émotion forte qui ne va pas dans le sens de ce que nous voudrions vivre ?

1) Les émotions sont passagères :

Comme j’en ai parlé dans mon article sur « les vagues et les émotions », la bonne nouvelle est que nos émotions passent ! Bien que parfois fortes, elles finissent toutes par s’estomper comme elles sont venues. Nous pouvons décider que notre état principal sera la joie et le bien être et nous dire que cette émotion difficile va disparaitre.

Vous pouvez voir la vidéo sur les émotions de « Et tout le monde s’en fout les émotions » qui est bien intéressante sur ce sujet et rigolote !

 

J’ai observé dans mon parcours que les émotions délicates qui apparaissent dans ma vie s’évaporent au final. Savoir que l’émotion qui est là est passagère comme un passager que nous rencontrons puis qui repart,cela m’aide. Je ne suis pas cette émotion. Elle ne constitue pas mon moi ni ma chair. Je décide de ne pas m’associer à elle.

2) Je traverse mon émotion :

Quand une émotion vient, je l’accueille pour ce qu’elle a à me dire. Lutter contre ce qui m’arrive me semble contre productif. Pourquoi lutter contre la vie ? Pourquoi refuser ce qui vient, ce qui me traverse, ce qui arrive ? Comprendre le message peut m’aider à vivre ce que j’ai à vivre. Parfois, un traumatisme se réveille, parfois une vieille blessure remonte, parfois une tristesse me vient. Je peux écrire pour saisir ce qui se passe et/ou en parler. Cela aide grandement. Pour le vivre, je le vis en conscience.

 

 

Essayer d’écraser ce que je sens

ne le fait pas partir, au contraire. Cela peut l’enfermer en moi et cela ressortira sous d’autres formes comme une maladie par exemple. Aussi, même si cela peut être difficile, j’accepte de vivre la vie. Sans devenir cette émotion, elle me traverse puis part. Je ne la retiens pas, je ne la nourrie pas, je ne la cultive pas, je la laisse vivre sa vie d’émotion et moi ma vie d’humain ! Je ne suis pas cette émotion, donc j’accepte qu’elle me traverse. La traversée est plus rapide quand je me laisse porter par le courant. Le courant des émotions peut être fort. Je le sais, j’en prends note.

3) J’accepte de vivre dans un monde duel :

J’admire le soleil et sa douceur sur ma peau parce qu’il y a aussi la pluie qui me mouille. Le soleil peut me bruler et la pluie me rafraichir. Cela peut être une question de regard. J’accepte la vie en entier. Mes moments de joie sont plus appréciés parce que j’ai connu d’autres temps moins drôles…

 

Je savoure le fait de ressentir des émotions

parce que je suis vivante. Encore une fois, ressentir des émotions est ma force d’être humain. Cela me rend sensible. Je suis touchée par la tristesse d’un autre être humain et sa joie fait grandir la mienne. Nous partageons des instants de vie.

 

Nos cœurs résonnent

et nous avons cet élan vers l’autre pour le rassurer, le consoler, le cajoler et l’aimer. Avoir vécu des émotions fortes nous donnent les clefs pour soutenir des personnes qui en vivent. Je sais que tous les humains sont dans le même bateau. Nous pouvons nous soutenir, nous vivons les mêmes expériences.

4) Je m’aide lors de la traversée émotionnelle :

Quand je vis une émotion difficile, je peux m’aider ! Hourra ! De nombreux outils peuvent me soutenir dans ce moment. Tout d’abord, celui que je pratique c’est-à-dire une séance de régulation émotionnelle tipi qui permet de se sentir instantanément mieux émotionnellement et dans son corps. Les fleurs de Bach peuvent aussi aider sur du long terme ou le rescue sur du cours terme.

 

Pour calmer son mental,

le sport et transpirer est efficace ainsi que des ballades dans de beaux coins de nature. Faire une activité qui me plait peut m’aider aussi comme un bain moussant, regarder un film comique ou bricoler. S’exprimer et le sortir de soi sans s’en décharger sur une autre personne agit aussi dans le bon sens. L’important est de le traverser mais de ne pas s’y attacher.

Méditer, faire une séance de yoga,

cuisiner, jardiner, dormir, apprendre de nouvelles choses et faire une respiration consciente vont aussi dans ce sens. Dès que l’émotion est partie, je décide de tout faire pour me sentir bien, rire, dialoguer et m’amuser le plus possible. Je me fais du bien. Je reprends en main ma vie et je vais vers ce que je souhaite. Je me booste à fond ! Je cultive la joie pour qu’elle pousse en moi et grandisse !!

En résumé :

Je traverse mon émotion en sachant que cela va passer
je m’accepte dans mes émotions difficiles et j’accepte la vie
Je me fais du premier secours émotionnel à moi-même et/ou je demande de l’aide !
L’émotion passée, je me recentre sur ce que je veux vraiment et je cultive le bonheur

Astuces :

Mettre des post-it autour de moi avec des phrases motivantes !
Regarder des vidéos sur les émotions
Faire des activités qui me font du bien
Développer ma confiance en moi et en la vie pour mieux vivre mes émotions

A lire aussi mon article en lien 🙂

Les vagues et les émotions

Anne-élise Robert